Rechercher
  • T.E.C. Révolution

Et si on parlait…Répétition ?!

By Vanden Abeele Jonathan - Préparateur Physique - T.E.C Académie


Il y a quelques jours sur Instagram et sur Facebook on pouvait lire cette phrase sur notre compte : « En sport, et surtout en préparation physique, il faut répéter mais pas répéter ». Voici mon point de vue

Qu’est-ce que cela signifie exactement : « Répéter mais pas répéter » ?


Pour y répondre, je vais d’abord vous poser une autre question : « Quel serait pour vous le meilleur cycliste ? Celui qui s’est entrainé toute sa vie sur la route ou celui qui s’est entrainé toute sa vie sur différents types de revêtements ?

La réponse paraît relativement simple si on définit ce qu’est « être le meilleur ». Si on cherche à déterminer le meilleur coureur sur route, il y a de grande chance que le gagnant soit celui qui ait répété ses gammes sur la route en avalant les kilomètres. Le seul problème, si s’en est un pour lui, est qu’il est cantonné à rester sur la route puisqu’il ne « connait pas » le tout terrain. Pour déterminer le meilleur cycliste sur tout terrain, dans ce cas-ci, c’est très facile. Donc on déterminera « le meilleur » en fonction des objectifs recherchés.



« Répéter l’action motrice tout en variant le geste afin d’affiner le contrôle moteur et d’en sortir un pattern de mouvement efficient et adaptable, voilà pour moi une des clés de l’apprentissage sportif. »


Lorsque nous faisons un mouvement, nous sommes plus proche du « tout terrain » que de la « route », à savoir qu’une multitude d’informations sont à prendre en compte lorsque nous faisons un mouvement sportif. Si je prends l’exemple d’un jump shoot au basketball, je dois faire attention à mon placement sur le terrain, à celui du panneau, à celui de mes partenaires pour un rebond éventuel, à celui de mes adversaires, à mon équilibre, à la force de shoot, à la puissance de mon saut et à sa direction, à ma technique de shoot, aux 24 secondes que je dois respecter, faire abstraction du public, ... Bref une multitude de facteurs à prendre en compte afin de réaliser correctement mon jump shoot.


Vous commencez à comprendre où je veux en venir ?

Lorsque je veux renforcer un pattern de mouvement, comme dans mon exemple du jump shoot, l’extension de hanche, je dois répéter le mouvement. Pour travailler mon extension de hanche, je vais travailler le grand fessier qui est le principal muscle de cette action. Je choisis donc mon exercice d’extension de hanche, le hip thrust. Au plus je vais le répéter, au plus mon fessier va se renforcer et donc renforcer mon extension de hanche. Le problème se situe justement ici. Si je répète sans cesse ce mouvement, je deviendrai fort dans ce geste. Mais également dans la position et dans l’angulation dans lesquelles ce muscle est travaillé. Je doute fort qu’un jump shoot se fasse dans la position du hip thrust.


Lorsque je veux travailler mon contrôle moteur, en réalité je dois arriver à éliminer ce qui ne me sert à rien. Je m’explique. Lorsque je commence à travailler mon extension de hanche, c’est saccadé, pas propre et en manque de force, le système est bombardé d’informations et ne sait plus quoi en faire. Bref, ce n’est pas efficient. Mais au plus je vais répéter le geste, au plus le système neural va mettre en place des chemins pour que l’action motrice soit de plus en plus en efficiente. Mais ce n’est pas encore suffisant car si je change de position en restant sur une extension de hanche, comme le soulevé de terre, ça paraitra pour un nouveau geste et de nouveau, il ne sera pas efficient au début. Il faut donc que je répète le geste mais dans des situations différentes. Je répète l’extension de la hanche mais dans différentes situations, en variant l’exercice, la vitesse, l’orientation, la charge, le nombre de répétitions, la hauteur et le nombre d’appui, les prises d’informations visuelles, auditives ou kinesthésiques, … Je répète l’action motrice sans répéter le même geste. Au fur et à mesure de ce travail, le système va comparer les différents paramètres de chaque exercice et dans chaque situation afin de ne garder que ce qui fonctionne dans tous les gestes (figure1). Ce qui ne fonctionne que dans certaines situations n’a que peu d’intérêt et sera supprimé.


Au plus on répète dans différentes situations, au plus le contrôle moteur s’affine et le pattern devient efficient.

8 vues
 
  • Instagram
  • Facebook